Gestion ressources naturelles & Changement climatique

Gestion ressources naturelles & Changement climatique

Les ressources naturelles demeurent le socle des systèmes de production agro-sylvo-pastorale des pays sahéliens. La croissance démographique et les systèmes de production actuels sont de nature à créer un cercle vicieux de pression sur l’environnement et de faible productivité.

AGED se positionne comme un acteur de référence afin de relier la gestion des ressources naturelles aux activités d’exploitation en vue de concilier la recherche des bénéfices à court terme pour les producteurs avec l’objectif de la préservation à long terme des ressources naturelles, base de leurs activités économiques.

Le développement des populations locales sahéliennes dépend en premier lieu des ressources naturelles et ces populations ont mis en place des organisations spécifiques pour mettre en valeur ces différents milieux en tenant compte de leurs caractéristiques suivant les espaces. Ces modes de gestion locaux des ressources naturelles rencontrent de plus en plus de limites avec l’augmentation des prélèvements sur les ressources, l’évolution et les mutations de la société locale, l’augmentation des conflits d’usages de ces ressources, les dérèglements climatiques. L’enjeu de développement durable des zones sahéliennes réside dans l’adaptation des modes de gestion de ces ressources naturelles renouvelables. Pour demeurer viables ces derniers modes de gestion doivent donc continuer à s’adapter aux contraintes liées à l’augmentation de la pression agricole sur les terres pour la sécurité alimentaire des populations, aux aspirations de développement de l’économie locale et nationale, et intégrer les engagements internationaux en lien avec la préservation de la biodiversité, la lutte contre la pauvreté et l’adaptation au changement climatique.

Intervention de AGED :

En réponse à ces défis, l’Ong AGED se positionne comme un acteur clé d’appui conseil auprès des communautés rurales visant le renforcement de leurs capacités dans les thématiques suivantes :

  • Amélioration des systèmes de production, par une meilleure maitrise des techniques de production durable basées sur une intégration réussie des productions agricoles, animales et sylvicoles ;
  • Promotion de technologies et de méthodes efficientes d’adaptation aux changements climatiques (bonnes pratiques agricoles, agroécologie, agriculture intelligente face au climat, diversification des productions, etc.) visant à réduire la vulnérabilité des populations locales en appuyant leurs mécanismes de résilience;
  • Promotion d’approches combinées de récupération des terres dégradées (techniques classiques de CES/DRS, récupération mécanisée, valorisations agro-sylvo-pastorales des terres récupérées, sécurisation foncière, plans finance Carbone …) ;
  • Promotion des stratégies de préservation et d’amélioration de la biodiversité (conservation in-situ, approches participatives visant la restauration ou la réintroduction d’espèces …).

Un intérêt particulier est accordé à l’agriculture biologique en ce sens qu’elle permet de concilier les besoins de production et de développement durable aux exigences de concertation et de protection de l’environnement. Cet objectif stratégique est d’un intérêt capital car constitue l’essence même de l’association. Aussi, une passerelle est établie entre ces actions et celles relatives à la transformation et à la commercialisation dans le cadre de l’approche filière et de la promotion du commerce équitable.