Filières et Commerce équitable

Filières et Commerce équitable

Les productions agro-sylvo-pastorales menées par les petites exploitations familiales burkinabés sont de plus en plus structurées en « filières porteuses » orientées vers le marché et boostées également, pour certaines, par la demande de produits certifiés Commerce équitable.

AGED appuie ces approches qui peuvent engendrer une augmentation des emplois et des revenus pour les producteurs et les autres acteurs de ces filières à travers un appui conseil de proximité.

Les petites exploitations familiales reposent généralement sur des systèmes économiques combinant une production destinée à l'autoconsommation et une production orientée vers les marchés et qui se structure de plus en plus selon une approche « Filières » impliquant d’autres acteurs (transformateurs. commerçants locaux et nationaux, intermédiaires commerciaux …)

Ces différents acteurs des filières sont confrontés à des handicaps majeurs qui limitent, à des niveaux très bas, la valeur ajoutée tirée des chaînes de valeur promues par les politiques nationales avec le soutien de nombreux bailleurs internationaux. Parmi ces handicaps, figure, au premier rang, le déficit organisationnel qui oblige certains acteurs à agir seul dans un marché où les lois sont dictées par les plus forts.

L’accélération de la demande au Nord pour des produits certifiés en Commerce équitable a impliqué une augmentation rapide du nombre d’organisations insérées dans ces filières. Cependant, en Afrique de l’Ouest, la majorité des organisations de producteurs sont confrontées à de multiples problèmes, tout particulièrement en termes d’offre, de gestion de la certification, d’insertion sur le marché du commerce équitable et doivent parfois faire face à une concurrence importante de différents types d’acteurs impliquées dans ce créneau (multinationales de l’agroalimentaire, agro businessman …).

Intervention AGED :

AGED appuie les initiatives socioéconomiques visant à améliorer les revenus, particulièrement à l’endroit des femmes et des jeunes. Pour ce faire, elle privilégie l’approche filière allant de la production à l’écoulement des productions locales en prenant en compte la nécessité de protection de l’environnement. Ainsi, elle met un point d’honneur à promouvoir l’agriculture biologique.

L’intervention de l’AGED est donc structurée selon les 2 activités suivantes :

  • Renforcement des capacités des ménages agricoles en matière de commerce équitable vers des pays ciblés de l’Europe et de l’Amérique ;
  • Promotion des initiatives socioéconomiques visant à améliorer les revenus, particulièrement à l’endroit des femmes et des jeunes.

Un accent particulier est mis sur :

  • Les cultures vivrières, notamment celles pratiquées par les femmes ;
  • La production certifiée biologique (et si possible, respectant les critères équitables) ;
  • La transformation et le traitement (biologiques également) locaux ; ce qui ajoute une plus-value non négligeable par rapport aux matières premières brutes ;
  • La commercialisation / distribution nationale et internationale dans le circuit du commerce équitable et du développement durable.